Project Description

Systémie et interaction

Dès que l’on considère les relations humaines, l’approche systémique nous ouvre de très belles perspectives. « Passer de la vision analytique d’un problème à sa vision systémique, c’est un peu comme passer de la photographie au cinéma en 3D. »

Prenons un exemple : Sophie est en conflit avec Paul. Une vision classique linéaire va rechercher la cause, le responsable … Une approche système va regarder la relation et proposer un ou des changements au niveau de cette interaction. Les personnes ne sont pas mises en cause. L’intervention du coach systémique consiste à regarder avec le ou les acteurs les interfaces …

Quelques principes :

* L’interaction : TOUS les éléments sont en relation les uns avec les autres, il n’y a donc pas de relation unilatérale. La Rétroaction (ou  Feedback ) est une forme particulière d’interaction. Les systèmes à rétroaction sont régis par les lois de la causalité circulaire. On ne peut pas jouer au tennis tout seul ! Dans un tennis relationnel, je peux arrêter le jeu à chaque fois que la balle est dans mon camp.

* La globalité, la totalité : « Le tout est supérieur à la somme des parties. Quand les parties créent un système, on dit qu’il y a une qualité émergente. » Monsieur, Madame => Un couple, 12 500 pièces…=> Une voiture => on comprend ce qui se passe entre 2 individus comme une qualité émergente de l’interaction  et non comme le résultat d’une qualité propre à l’un ou à  l’autre.

* L’équifinalité : il est impossible de prévoir de façon déterministe comment un système va évoluer. Les explications sur l’origine du problème ne sont prises en compte que comme des informations sur la vision du monde et chacun a sa vision du monde ! Si je donne une boite de légos à chacun, j’aurai autant de constructions possibles que de joueurs. L’évolution du système ne dépend que des paramètres, de la structure du système : ainsi, des conditions initiales  différentes peuvent produire le même résultat et inversement, des effets différents peuvent avoir les mêmes causes. En conclusion, mieux vaut s’abstenir de rationaliser, de rechercher une explication « logique » : il s’agit avant tout d’observer comment le système vit dans le présent.

* L’homéostasie : les systèmes tendent à maintenir un équilibre dynamique autour d’une  norme de fonctionnement et réagissent à tout écart. A un niveau individuel, l’homme essaie de maintenir un équilibre satisfaisant dans ses échanges, de son point de vue. Il réagit aux perturbations provoquées inévitablement par ses contacts avec les autres au moyen d’une régulation par feedback  = changement de type 1: visant à maintenir l’homéostasie du système, passage d’un état à un autre. S’il n’y parvient pas, ses variables (biologiques et psychologiques) sont poussées à leurs limites ce qui rigidifie sa souplesse adaptative, indispensable pour faire face à la diversité des changements potentiels. Quand le système d’un individu se trouve trop loin de son point d’équilibre, il est en crise et il devient nécessaire de modifier ses normes de conduite habituelles, ses modes de relation au monde (changement de type 2 : changement au niveau des normes, des règles, de la vision du monde).

Tenté par cette approche pour résoudre vos difficultés, contactez-moi !

Pour en savoir plus sur l’approche systémique : P. Watzlawick, « La réalité de la réalité. », Seuil (1978)
ou « Faites vous-même votre malheur.», Seuil (1983)

https://www.metasysteme-coaching.fr/francais/outils-iv-le-coaching-systemique/

https://www.coachingandco.fr/2015/02/16/l-approche-syst%C3%A9mique-en-coaching-%C3%A7a-change-quoi/

Contactez-moi et échangeons sur vos besoins !